Imprimer cette page

ASV2.4 Morbidité vocale de la chirurgie endocrinienne cervicale : cas de la thyroïdectomie et parathyroïdectomie

Mercredi 15 Janvier 2014

Atelier animé par l’équipe du projet ThyroVoice :

Sébastien Guigard, Claire Lalevée, Nathalie Henrich Bernardoni,
Philippe Chaffanjon, Jocelyne Sarfati, Christophe Savariaux
CHU de Grenoble, GIPSA-lab

 Réalisation technique : Djamel Hadji | Tous droits réservés


L’ablation partielle ou totale des glandes thyroïde et parathyroïdes est un geste chirurgical à risque pour les fonctions laryngées que sont la déglutition, la respiration et la phonation. Dans cette étude, nous nous intéressons spécifiquement à l’impact de thyroïdectomie et parathyroïdectomie sur la fonction phonatoire. Les troubles de la voix peuvent avoir des origines variées : traumatisme de l’intubation, blessure ou dénervation de la musculature externe du larynx, blessure directe des nerfs laryngés supérieurs et inférieurs. Certaines de ces lésions peuvent être temporaires, d’autres définitives. La rééducation permet alors de prévenir le développement de comportements phonatoires inopportuns et de difficultés vocales alors même que les plis vocaux ont retrouvés leur mobilité, ou d’aider à développer une compensation de fonction laryngée dans le cas de lésion définitive.

Il est important de différencier les atteintes de la voix parlée et celles de la voix chantée et aussi les atteintes concernant des patients habitués à solliciter fortement leur voix ou non. Des études récentes se sont intéressées à l’incidence, la nature, la sévérité et la durée des éventuelles complications vocales après chirurgie des glandes thyroidiennes et para-thyroidiennes sur un grand nombre de patients (Debruyne et al., 1997 ; Meek et al., 2008 ; Van Lierde et al., 2010). Ces études réalisées sur un grand nombre de patients montrent que, même si des variations de qualité vocale sont observées dans les premiers jours qui suivent l’opération (fréquence fondamentale qui diminue, par exemple), les patients retrouvent leur qualité vocale pré-opératoire au plus tard 3 mois après l’opération dans le cas où les nerfs laryngés n’ont pas été atteints.

Ces études se limitent à une évaluation vocale menée sur une voyelle tenue. Qu’en est-il des réelles capacités à parler et chanter du patient ? Pour tenter de répondre à cette question, une étude longitudinale a été entreprise au CHU de Grenoble. Elle combine une évaluation pré- et post-opératoire des possibilités vocales parlées et chantées du patient, du comportement fonctionnel laryngé par endoscopie et du ressenti du patient, avec le détail du déroulement avéré de l’opération. L’objectif de cette étude est de quantifier l’impact vocal du geste chirurgical de thyroïdectomie, afin de mieux en comprendre les conséquences sur la santé vocale, de pouvoir proposer un suivi adapté selon le patient et d’envisager un protocole d’évaluation vocale intégré aux soins pré- et post-opératoires en lien avec un examen laryngologique. Au cours de cet atelier, nous détaillerons ce projet à plusieurs voix, qui sont autant de compétences mises au service de la question de la morbidité vocale des opérations endocriniennes cervicales.

Références bibliographiques

Debruyne, F.; Ostyn, F.; Delaere, P. & Wellens, W. (1997), 'Acoustic analysis of the speaking voice after thyroidectomy.', J Voice 11(4), 479--482.

Meek, P.; Carding, P. N.; Howard, D. H. & Lennard, T. W. J. (2008), 'Voice change following thyroid and parathyroid surgery.', J Voice 22(6), 765--772.

Van Lierde, K.; D'Haeseleer, E.; Wuyts, F. L.; Baudonck, N.; Bernaert, L. & Vermeersch, H. (2010), 'Impact of thyroidectomy without laryngeal nerve injury on vocal quality characteristics: an objective multiparameter approach.', Laryngoscope 120(2), 338--345.